Le mouvement européen des semences lance un appel : Levons nos fourchettes pour la diversité !

Une nouvelle pétition internationale demande aux institutions de l'UE de revoir la proposition de règlement sur les semences

Bruxelles, Florence, Schiltern – Aujourd’hui, plusieurs organisations du mouvement semencier lancent la pétition à l’échelle de l’UE “Levons nos fourchettes pour la diversité !”. Elles exigent des améliorations significatives de la proposition de règlement de l’UE sur les semences présentée par la Commission européenne en juillet 2023. Les membres du Parlement européen et les ministres de l’Agriculture de l’UE sont invités à veiller à ce que les lois sur les semences soutiennent la diversité dans les champs et dans les jardins, et posent les bases de systèmes semenciers et alimentaires durables, résilients et diversifiés en Europe. “La réforme du règlement de l’UE sur les semences est une décision clé pour l’avenir de notre alimentation et de notre agriculture. Nous devons lever nos Fourchettes pour la diversité dans nos champs et nos assiettes et contre les lois qui ne servent que l’agro-industrie”, demandent les organisations. “Chaque voix pour la diversité, chaque signature compte maintenant !

WSU and GAIA

Principale revendication de la pétition : la diversité doit être la priorité absolue du règlement de l’UE sur les semences.

La proposition actuelle menace au contraire la conservation et la circulation de la diversité des cultures et ne respecte pas les droits des agriculteurs en matière de semences. Les lois controversées qui sont en cours de renégociation concernent le “règlement de l’UE sur les semences”, c’est-à-dire les règles du marché des semences de l’UE. Les règles actuelles ont été introduites dans les années 1960 et fixent des normes qui ont été développées pour l’agriculture industrielle. Les semences et variétés diversifiées ont été largement proscrites ou confinées à des niches, confrontées à une charge bureaucratique excessive, en fonction de l’État membre de l’UE. Les acteurs de l’agro-industrie ont fait pression pour que les nouvelles règles aillent encore plus loin dans la direction d’un modèle agricole uniforme.

“Avec cette proposition de loi sur les semences, nous courons le risque de voir les multinationales prendre le contrôle de notre alimentation. Elle alourdit excessivement le travail important des conservateurs de semences et ne tient pas compte des droits des agriculteurs à faire circuler leurs semences contre rémunération. De nombreux acteurs de la diversité devraient abandonner leur travail et la diversité des cultures serait irrémédiablement perdue. De telles règles ne sont absolument pas adaptées à notre avenir, en particulier en période de crise climatique et de crise de la diversité. La proposition est inacceptable”, déclare Magdalena Prieler, responsable de la politique des semences pour ARCHE NOAH à Bruxelles. ARCHE NOAH est une organisation de conservation des semences ayant des bureaux en Autriche et à Bruxelles, qui conserve, sélectionne et fait circuler des variétés et des espèces rares.

“Les Ministres de l’Agriculture et le Parlement européen doivent agir maintenant pour promouvoir la diversification de nos systèmes semenciers, en autorisant des dérogations spécifiques dans la nouvelle loi sur les semences ! La proposition doit soutenir la conservation à la ferme et l’utilisation durable de l’agrobiodiversité, y compris les nouvelles variétés développées pour les conditions locales grâce à des programmes de sélection participatifs et décentralisés. La diversité des semences est la clé d’une alimentation saine, variée et savoureuse. Il est temps d’agir pour améliorer enfin la diversité dans les champs des agriculteurs et dans les jardins, en soutenant les variétés locales et en respectant les droits des agriculteurs. Chaque citoyen peut maintenant lever sa fourchette et faire entendre sa voix pour la diversité avec nous”, déclare Riccardo Bocci, Directeur exécutif de Rete Semi Rurali en Italie, le réseau semencier italien regroupant 40 organisations.”

La pétition exige que :

– La conservation et l’utilisation durable de la diversité des cultures adaptées aux conditions locales soient la priorité absolue du règlement de l’UE sur les semences

– Le droit des agriculteurs et des jardiniers à récolter, utiliser, échanger et vendre leurs propres semences soit pleinement mis en œuvre.

– La commercialisation de variétés diverses et adaptées aux conditions locales par les producteurs de semences régionaux soit facilitée.

– Les nouvelles variétés approuvées ne soient pas dépendantes de pesticides ou d’engrais synthétiques.Signez la pétition ici :  www.raiseourforks.org

img-6

Matthias

Born in Florence, after a three-year degree in Tropical Agricultural Sciences, I obtained my Master’s degree in Agricultural Sciences and Technologies at the University of Florence. Since January 2018 I’m the Secretary and coordinator of the European Coordination Liberate Diversity!, the European network for dynamic agrobiodiversity management on farms and in gardens. Linkedin